Depuis le mois de février 2017, Aymeric Richard, étudiant en sciences halieutiques à Agrocampus Rennes est en stage à l'AOCD, pour une durée de 6 mois. La question qui lui est soumise est :

  « comment faciliter l’accès des consommateurs aux produits de la mer frais locaux ? ».

 

Au cours des premières semaines de stage, il a procédé à une phase exploratoire où il a rencontré un certain nombre d'acteurs locaux. Cinq questionnements principaux en ont émergé qui vont conditionner la suite de l'étude :

 •       Comment améliorer la visibilité des points de vente des produits de la mer frais ouest-Cornouaillais pour les consommateurs touristiques et locaux ?

 • Faut-il développer la vente directe sur le territoire ? A quelles conditions ? Quels sont les freins et les leviers ?

 • Quels rôles peuvent jouer les acteurs des filières halieutique et touristique pour une meilleure valorisation des produits de la pêche locale sur le territoire ouest-Cornouaillais ?

  • Comment l'activité de mareyage peut-elle faciliter l'approvisionnement des restaurations collectives en produits de la mer frais ?

  • Pour faciliter l'accès des produits de la mer frais ouest Cornouaillais aux consommateurs éloignés du littoral, les camions ambulants sont-ils des solutions à développer ou à valoriser comme vecteurs de la pêche fraîche Cornouaillaise ?

 

Pour améliorer la visibilité des points de vente des produits de la mer, Aymeric Richard a, dans un premier temps, recensé et cartographié les poissonneries et les pêcheurs en vente directe sur le territoire de l'ouest Cornouaille. L'une des difficultés mise en évidence est la spécificité de la filière qui lie les horaires de vente à ceux des retours de pêche, d’où l'importance d'être initié à ce fonctionnement. C'est pourquoi, il est proposé, dans un second temps, d'élaborer un outil commun d'information pour le consommateur, qu'il soit touriste ou habitant du territoire.

 

L'autre problématique qu'il s'attache d'approfondir est la valorisation des produits frais locaux par une meilleure appellation que "pêché en Atlantique Nord Est". Comment peut-on valoriser davantage la fraîcheur des produits débarqués et consommés le jour même, comme élément de différenciation de nos professionnels artisans poissonniers et restaurateurs ? Une réflexion commune entre les acteurs de la filière apparaît alors comme un levier au développement de cette mise en valeur touristique des produits de la mer. Une recherche d’initiatives existantes pourra être réalisée ainsi qu’un état de la réglementation et des contraintes. Un panel de consommateurs sera également questionné.

 

Aymeric Richard présentera les résultats de son étude au mois de septembre, après la soutenance de son mémoire de stage. Les membres du réseau « la mer par excellence » seront bien entendu associés aux résultats et aux perspectives de l’étude.